Les facteurs d’une création de richesse soutenue

Depuis quelques années, l’Amérique latine affiche une forte croissance favorable à une stabilité politique durable. Non seulement les États ont su utiliser judicieusement les bénéfices inattendus du supercycle des matières premières pour consolider leur position financière, mais ils ont également procédé à des réformes institutionnelles et socio-économiques. Ils continuent d’œuvrer pour instaurer des conditions plus favorables aux entreprises et établir des procédures de contrôles et de contrepoids des fonctions institutionnelles. La population, mieux instruite, développe un esprit d’entreprise et participe davantage à la vie du pays, condition préalable à une croissance soutenue. Les ingrédients sont donc réunis pour que s'épanouisse le plein potentiel de la région en matière de création de richesse.

Des changements fondamentaux dans le secteur de la gestion de fortune

Les particuliers fortunés d’Amérique latine sont, en moyenne, beaucoup plus riches que ceux d’autres régions du monde. Le secteur de la gestion de fortune qui dispense des services à cette clientèle est en train de changer, comme en témoignent la transformation du profil des professionnels du secteur, la tendance à la localisation, la recherche de transparence et le nouveau rôle que revêtent les services offshore. Ces transformations vont alimenter la demande d'offres de services sophistiqués, dispensés avec professionnalisme, accessibles et parfaitement adaptés aux besoins et à la situation des clients.  Les établissements financiers comme les banques privées et les gestionnaires d'actifs professionnels indépendants qui sont prêts à s’adapter vont faire leur miel de ces nouvelles conditions.

Nouvelle attitude face à l’investissement

Les investisseurs d’Amérique latine sont plus jeunes et plus avisés qu'il y a quelques décennies. Ils affichent une plus forte propension au risque, et les portefeuilles de placements qu’ils constituent pour atteindre leurs objectifs sont plus diversifiés. Parallèlement, les économies d’Amérique latine sont mieux intégrées que jamais à l’économie mondiale, et donc plus exposées aux cycles économiques et aux tendances sociales planétaires. Avec une richesse régionale totale qui devrait continuer de croître, une exposition accrue aux chocs externes et un plus haut degré de sophistication des investisseurs, de nouvelles tendances comportementales voient le jour. Le défaut de paiement de l’Argentine en est une illustration récente. Les classes moyennes, plus nombreuses, doivent donc envisager leur situation au-delà de leurs besoins de consommation immédiats, réévaluer leurs notions d'épargne et de protection de patrimoine, et revoir leurs préférences en matière d'investissement et de répartition d’actifs, tout en prenant garde aux risques systématiques, entre autres.

Informations complémentaires

Vous souhaitez en savoir plus sur le Rapport sectoriel de Julius Baer : Amérique latine ? Votre conseiller à la clientèle se tient à votre disposition pour vous donner de plus amples informations..